La météo expliquée sur Internet

 Accueil · Plan du site · La foudre

La météo expliquée
 

 

 

 

Facteurs du Climat
Une station météo
Variations climatiques
Les climats en France
Circulation atmosphérique
Les fronts atmosphériques
Lire une carte météo

Ciel Bleu

Les nuages

Formation des nuages

Les orages

Orages batiment

Pression atmosphérique

Régler son baromètre

Dépressions et anticyclones

Vent dominant

Vent et pression

La brise

Autan

Le mistral

Tramontane et mistral

Arcs-en-ciel

Les saisons

 

La prévision des orages

La foudre

 

Le Groenland

Le Désert

 
Mentions légales
 
 

www.meteo-pro.fr

Quelles relations existe-t-il entre le vent et la pression ?



On conçoit aisément que l'air, qui est un fluide comme l'eau, soit en partie expulsé des zones de surpression, et aspiré par les zones de dépression. Le vent devrait donc à priori souffler directement des anticyclones (hautes pressions) vers les dépressions (basses pressions). Ce n'est pourtant pas si simple, car les mouvements de l'air cherchent à compenser à la fois les écarts dynamiques (différences de pression) et les écarts thermiques (différences de température).

Ces derniers sont en fait les véritables moteurs de l'agitation de l'atmosphère, que ce soit à grande échelle, par exemple par suite du réchauffement plus important des zones équatoriales que polaires, où à petite échelle, par exemple lors d'une journée caniculaire, quand l'air en contact avec les terres se réchauffe plus vite que celui qui avoisine les eaux d'un lac. En réalité, pratiquement tout ce qui se passe au-dessus de nos têtes est dû à l'origine à des inégalités dans les capacités ou les possibilités de réchauffement des diverses parties de notre globe.

 

 

Supposons que pour une raison d'origine thermique, de l'air soit amené à circuler d'un point A vers un point B. L'environnement de ce dernier va rapidement se trouver en état de surpression, et cherchera à rejeter le surplus. Au contraire, le point A va connaître un manque et cherchera à attirer de l'air. Les différences de pression vont donc finalement avoir tendance à engendrer un mouvement de B vers A, c'est-à-dire contraire à celui qui les a provoqué. Les deux déplacements d'air ne se heurteront pas directement, ils utiliseront des trajets différents. Ce merveilleux phénomène d'autorégulation permet à notre atmosphère de conserver un certain équilibre, tout en étant perpétuellement déréglée par l'apparition incessante de nouveaux écarts thermiques.

Abordons maintenant le problème sous un autre angle. Le mathématicien français CORIOLIS a démontré que par suite de la rotation de la terre sur elle-même, tout mouvement dans l'hémisphère Nord, même amorcé en ligne droite, a tendance à être dévié vers la droite (et au contraire vers la gauche dans l'hémisphère Sud). Cela n'a cartes pas grande importance dans la vie quotidienne, et si votre véhicule se déporte vers la droite dans un virage à gauche, ne cherchez pas à en rejeter la responsabilité sur Coriolis ! Les experts en balistique et en astronautique doivent cependant en tenir compte.

L'atmosphère en mouvement est également sensible à cette force. Les trajectoires de l'air semblent pourtant s'incurver aussi souvent vers la gauche que vers la droite. Il est donc logique de supposer qu'il existe une autre force, compensatrice, qui provoque une déviation systématique vers la gauche. En se limitant aux mouvements horizontaux, la pesanteur ne peut être mise en cause, et seule la force qui attire l'air vers les dépressions peut répondre à la question. Les basses pressions sont donc situées vers la gauche lorsque l'on suit le mouvement de l'air. Autrement dit, en se plaçant le dos au vent, les basses pressions seront à gauche et les hautes pressions à droite (c'est le contraire dans l'hémisphère Sud).

 

 

Stations Météo à petit prix

 

 

www.meteo-pro.fr